IMAGINEZ

Imaginez nos étriers
comme des étrangers
en ciel collé

imaginez nos peurs cachées
comme des anges bleues
damasquinés

ce ciel qui fuit nos horizons
est jaune pâle
comme un vieux garçon
qui baigne seul dans un seul flacon

comment prier pour des âmes tendres
comment savoir combien il faut attendre
et cette femme qui court veuve
d’un vieux discours et d’un amour perdu

s’imaginer que mes rêves s’envolent
s’imaginer que ton coeur frivole
s’attache enfin à cet étranger
cet ami tendre que je ne suis jamais

ma tendre folie d’ébène et d’amande
je réitère ma seule demande
donne moi ta soie comme bonne souffrance
et que ce chemin soit ma délivrance

cette indifférence d’un nouveau soir
fait de moi encore
le signe moins de l’espoir
alors soit enfin cette âme et me donne ton corps.

Laisser un commentaire