Fantôme

Quand je serai un fantôme
Tu mourras de trop me voir crever
Et tes yeux ne pourront plus pleurer
Saccager toutes tes alarmes

Saboter jusqu’à ton visage
Maquiller de sommeil tes lèvres trop sages

Quand je serai un fantôme
Tu mourras de trop me voir crever
Et tes seins tomberont dans la plaine
Pas la peine de les racheter

Tu mourras de trop me voir sourire
Tes amitiés pourriront à moitié dans le sel acide
Et même s’il t’arrive encore de rire
Tu ne sauras jamais pourquoi

Quand je serai un fantôme
Tu mourras de ne plus jamais rêver
Quand je serai un fantôme
Tu crèveras et tu me rejoindras

Pant 2003.

Un commentaire

  1. marine dit

    *Quand je serai un fantôme
    Tu mourras de ne plus jamais rêver
    Quand je serai un fantôme
    Tu crèveras et tu me rejoindras*

    Salut Pan,

    Très beau texte mon cher ami, je reviendrai souvent te lire !
    Bravo pour ton nouveau site
    Marine

Laisser un commentaire