DES-ERRANCES.

j’ai laissé là sous ma peau
quelques épines acérées
qui valent bien l’amertume cruelle
de tes mots j’ai laissé sur le tas mes aventures, mes désirs
quelques idées que j’avais de trop
pour partir loin où le vent nous rend tous idiots j’ai marché au devant de mes histoires
afin qu’ici bas ma vie ne soit
qu’un geste transitoire
pour les gens et leur quant à soi j’ai laché ma vie et de toute part
j’ai laissé le vent faire sa part
et effacer mes griffes de ce papier couché
qui symbolise mes états d’âmes atrophiés

Laisser un commentaire