Carcan

carcan
efface
les mots qui taisent les silences les siecles
Bang
enlace
sans detresse les notions inertes de l’amour froid

sentir
sans les traces
les enfants du sel qui poussent au reve dans mon sang
sourire
tes levres ma glace
qui tourmente le temps de tous tes baisers

les manants de l’espace
les enfants du tournoi
tournoi des compromissions, des ouvertures vers le rien
des caresses glacees, des baisers sans lumiere,
des ongles heurtes par le mur du temps qui nous glace
merde…
l’amour n’est jamais que le grand prisme
qui deforme les vices et les exorcise
pour en faire du lait a perler au coeur de nos emois.

Laisser un commentaire