Cahier

j’ai reouvert ce cahier
les pages bleues ciel avaient jauni
les mots sublimés par l’aube étaient solitaires

j’ai reouvert cette histoire
redécouvert cet escalier
je t’ai revu tomber
et moi je suis revu pleurer

mes mots alors etaient de peine
j’ai perdu là ma patience
et mon innocence elle s’est envolée

et ma raison mon déplaisir
qu’en est il ce soir de huitaine

les traces que celà laisse
et mon coeur que cela blesse

se confier se soulager
pas la peine tout avaler
le poison se sacrifier

j’ai reouvert ce cahier
les pages bleues ciel avaient jauni
les mots sublimés par l’aube étaient solitaires

une plume est tombé de la bibliothèque
recouvrant tes bas de laine
soudain je voulais te les oter

j’ai reouvert ce cahier
il parlait d’amour et de souffrance
l’un pas sans l’autre
j’ai reouvert ce cahier
les pages s’etaient pliées,
et certaines mêmes cornées
refusaient par leur forme blême
de se montrer encore une fois

j’ai reouvert ce cahier
et revoilà tout ce que j’avais voulu oublier…

Pant 2004.2.26.22.44

mourir c’est oublier

Laisser un commentaire