Murmures

Des murmures dans le vent de la nuit qui sourd

Amour des cendres qui volent dans la brise du soir
Amour de cette pierre qui tremble au sommet de ton coeur
Il nous reste des heures à passer
Dis quel est le secret de ton âme ? ?
Amour , enfant de mon sang
Car adore la passion et le sel de la terre
Vois aussi qu’ici bat le coeur d’une mère
L’éternité qui salit et vomit nos maux rebâchés
Par nos peurs
Amour tu es le sommeil de nos envies
Tu fais être nos désirs d’être bon
Dans le regard de l’autre.

[c’est donc ainsi que finira cette ombre à demi écrite
mais jamais récité, elle est vécue plutôt mille fois !
les larmes sont vraies aussi, même si elles brillent trop pour faire vrai
combien de peine c’est trop ? ?
mais c’est dans le silence que je demeurerai ensuite
je recherche les mots qui font être
et demain ma queste me mènera ailleurs sans doute
jamais ne finit cette route
mais j’avais envie de vous faire une âme à mon sens
une âme qui chante ses peurs et ses peines
une âme qui trouve dans les grains de nuit ses désirs de plaire
une âme qui sait que la lumière se cache, enfin cette lumière qui allume nos cœurs, la vraie ! !
alors peut être que j’ai enfin fait quelque chose de bien
peut être que j’ai fait tomber quelques murs
mais on ne chante plus guère les peines dans l’espoir de trouver la lumière de nos jours, hélas.
Alors tant pis ! ]

Laisser un commentaire