Virginie 9

Comme il est beau cet amour

Qui mène à la lumière

Les aubes rouges de l’enfer.

Et belle contrebasse

Où sont les cordes sur lesquelles jouer

De mes envies?

Dauphins de noir encrées

Plongent au corps de l’oeuvre,

Point d’orgue il ne reste que le toucher

Qui s’immole lui en mon corps .

Pant.2003.

6 pensées sur “Virginie 9”

Laisser un commentaire